06 février 2008

Quand le wifi patauge

Image2La Pomme reconnaît quelques problèmes dans la connexion Wifi de sa machine dite ultraportable MBA, celle qu'on peut emporter partout et connecter où on veut.

Premier conseil : changer les réglages de l'émetteur wifi. Pratique, vous êtes prêt d'un hotspot ou dans une entreprise ou un hôtel offrant une connexion Wifi. "Vous pouvez changer les réglages de votre borne pour que je puisse me connecter ?". Succès garanti.

Deuxième conseil : se rapprocher de la borne wifi. Rappelons que l'utilité première du wifi, c'est de pouvoir se connecter n'importe où dans le rayon d'action de la borne. Si c'est pour être juste au-dessous, autant brancher un câble. Sauf que sur le MBA, le port ethernet est en option. Et au restaurant "Vous pouvez me trouver une table juste sous la borne ?"

Autre problème avec le Wifi : c'est quand plusieurs périphériques Bluetooth sont connectés au MBA. Conseil : débranchez des périphériques.

Image3On comprend mieux pourquoi la Pomme conseille l'utilisation d'un câble ethernet, ne serait-ce que pour installer le système. Dommage qu'ils n'aient pas prévu un connecteur ethernet, justement.

Posté par nonews à 10:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Quand le wifi patauge

    Oullalalalalallalalal ohh oputain, c'est super chiant de changer a fréquence de la borne, c'est super dur, c'est super long, c'est super pénible ouahhhhh

    Posté par justicier Apple, 07 février 2008 à 12:10 | | Répondre
  • Respect du droit d'auteur - Avertissement amiable

    Monsieur,

    Une plainte vous concernant pour reproduction de textes sur votre blog sans le consentement de leurs auteurs a fait l'objet d'une action en justice par l'intermédiare de notre cabinet. Nous vous rappellons en effet que la reproduction illicite de texte sans le consentement de leurs ayant-droits tombe sous le coup de Loi n° 57-298 du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique.

    En conséquence, si vous ne supprimez pas le contenu litigieux de votre site sous 48 heures à dater du 20/02/2008, vous vous vous exposez aux poursuites et aux peines prévues au titres des articles 323 et suivants du code pénal.

    Nous vous prions d'agréer, monsieur, nos salutations distinguées

    Posté par cabinet Eulandes, 20 février 2008 à 11:38 | | Répondre
  • Demande de complément d'information

    A l'attention du cabinet Eulandes,

    Puisque l'adresse email que vous indiquez n'est pas valide, je n'ai d'autre solution que de répondre à votre demande amiable sous la forme d'un message déposé ici, en espérant que vous viendrez le lire.

    Afin que je puisse envisager votre demande, vous voudrez bien me communiquer la liste exhaustive des textes que vous désirez voir supprimés de ce blog, ainsi que les noms, prénoms, adresses et qualités des ayant-droits que vous représentez, avec la preuve de leur propriété sur les textes qu'ils prétendent originaux. Vous comprendrez qu'une demande anonyme sur des textes non précisés ne peut pas être prise en compte, surtout si cette demande provient d'un cabinet d'avocat dont l'adresse email n'existe pas.

    Ensuite, vous me permettrez de m'étonner qu'un professionnel du droit appuie sa demande sur la loi L57-298 qui a été abrogée depuis plus de 15 ans. Une mise à jour de votre bibliothèque vous apprendra peut-être que les peines de galère et de bagne ne font plus partie de l'arsenal pénitentiaire français.

    De la même manière, je pense que c'est une erreur de frappe de votre part qui vous fait référencer l'article 323 du code pénal, puisque cet article n'existe pas. Je vous serais reconnaissant si vous pouviez me préciser comment vous reliez le droit d'auteur évoqué plus haut avec les articles 323-1 à 323-7 relatifs aux intrusions dans les systèmes informatiques.

    Enfin, vous voudrez bien me conseiller pour mettre ces textes en conformité avec l'article L122-5 du code de la propriété intellectuelle, relatif au droit de citation et en particulier son alinéa 4 qui autorise explicitement les parodies, pastiches et caricatures.

    En attendant toutes ces précisions, je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.

    Posté par nonews, 21 février 2008 à 12:20 | | Répondre
Nouveau commentaire