16 octobre 2007

La musique gratuite : ça ne marchera jamais

Universal, la grosse boîte de production de musique, a décidé d'arrêter de commercialiser de la musique sur la plate forme de la Pomme iTunes et envisage de monter un nouveau système de téléchargement de musique, gratuit pour le consommateur et financé par les fabriquants de baladeurs ou de téléphones mobiles et par les distributeurs.

Aussitôt, les mangeurs de pomme montent à l'assaut : "Comment ?" s'étranglent-ils "Quel scandale : il faudrait que chaque fabriquant paye mensuellement sur chaque baladeur vendu ?". Et quand tu leur fais remarquer qu'Apple récupère mensuellement une dîme entre 10% et 30% sur chaque abonnement téléphonique, les mangeurs de pomme rétorquent : "Quel est le rapport entre le marché de la musique et celui de la téléphonie où les enjeux, les contraintes, les stratégies sont complètement différents ?". Ben voyons ! Personne n'a remarqué que baladeurs et téléphones mobiles convergent dans les matériels et dans les offres ...

Autre axe d'attaque des mangeurs de pomme : "Oui, mais ça sera de la musique en location et les gens préfèrent acheter la musique". On ne sait pas d'où sortent ces affirmations (on a plutôt l'impression que les gens préfèrent pirater qu'acheter), et surtout on ne sait pas d'où sort cette affirmation que ce sera de la musique en location. Mais qu'importe, nos amis mangeurs de pomme ont déjà bâti le scénario de l'échec programmé de cette offre : les baladeurs seront plus chers, il faudra les changer tous les 18 mois, la musique sera en location avec des DRM dans tous les sens, les gens ne sont pas intéressés par télécharger gratuitement et légalement 5.000 morceaux par an, ...

La palme de la remarque absurde revient à un mangeur de pomme particulièrement limité qui imagine le scénario (forcément catastrophique) de la fin de période de location : "S'il reprend un appareil il doit d'abord payer ce nouvel appareil et ensuite récupérer toutes ses morceaux (super la simplicité du truc)." Tandis qu'un heureux possesseur d'iPod qui désire en changer ne doit bien sûr pas payer le nouvel appareil, ni ensuite récupérer tous les morceaux.

Laissons le mot de la fin à un article de PCInpact : "Reste que ce concept de Doug Morris est pour l'instant bien flou. Tous les grands labels seront-ils de la partie ? Quid des labels indépendants ? Pourra-t-on garder ses morceaux ou cela ressemblera-t-il à de la location "illimitée" limitée dans le temps ? Quel sera l'impact sur le prix des baladeurs ? Quid des DRM ? Comment réagiront les autres plateformes de musique, notamment iTunes et Amazon ?". Espérons que ce journaliste va bien vite rencontrer un mangeur de pommes qui lui, connaît déjà toutes les réponses à ces questions.

Posté par nonews à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La musique gratuite : ça ne marchera jamais

Nouveau commentaire